Le porte-parole du gouvernement a donné un point de presse à ce sujet ce 18 février 2020 à Yaoundé.

Après le communiqué du ministre de la Défense, le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, a donné un point de presse ce mardi 18 février 2020 à Yaoundé

en fin de soirée, au sujet de la tuerie qui s’est produite à Ngarbuh (Nord-Ouest) le 15 février dernier.

«Les Forces Nationales de Défense et de Sécurité viennent une fois de plus de faire l’objet d’affabulations et d’allégations mensongères, dans la lutte qu’elles mènent pour un retour à la vie normale dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de notre pays», fustige le porte-parole du gouvernement.  

Selon lui, «sans la moindre investigation préalable, ni quelque recoupement des données factuelles que ce soit, plusieurs activistes politiques, détracteurs invétérés, se présentant sous des étiquettes de ‘‘spécialistes des droits de l’Homme’’, de ‘‘leaders ou de porte-parole de partis politiques’’, ont immédiatement investi des médias nationaux et internationaux, pour imputer la responsabilité des conséquences de cet incident aux Forces Nationales de Défense et de Sécurité, par des déclarations intempestives et infondées».

René Sadi reste sur la même ligne de défense que le ministre de la Défense. Il affirme que le drame s’est produit au cours d’une opération de reconnaissance de l’armée dans une base logistiques de milices séparatistes.

«Au cours des accrochages qui ont eu lieu, un incendie s’est déclaré dans un refuge fortifié qui contenait des explosifs et des produits inflammables stockés par les rebelles armés.  Il s’en est suivi des explosions, puis des langues de feu qui se sont propagées jusqu’aux habitations voisines.  Comme cela a été indiqué dans le communiqué du Ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense, le bilan de cet incident, après recoupement, fait état de cinq morts, une femme et quatre enfants», indique le MINCOM, démentant ainsi le bilan de 22 morts avancé par plusieurs médias.

«Le Gouvernement camerounais en appelle particulièrement à la vigilance de la communauté internationale, au regard du flux des fausses informations diffusées de façon pernicieuse à travers les mass médias classiques et cybernétiques, dans le but de nuire au Cameroun», exhorte-t-il.

Fred BIHINA

Source: http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-massacre-de-ngarbuh-selon-le-gouvernement-larmee-camerounaise-est-victime-daffabulations-et-dallegations-363351.html